Hommage à une Anglaise

Racontez-nous des histoires, de voitures si possible.
Avatar de l’utilisateur
La Taupe
Modérateur
Messages : 2823
Enregistré le : 24 mars 2010, 22:07
Le bolide : Darmont Monoplace
Ma région : Lancashire
Localisation : Rosbifland

Hommage à une Anglaise

Messagepar La Taupe » 08 avr. 2010, 09:52

Aventure Anglo-Saxonne


Mrs Constance Nimmo-Smith est une sexagénaire d’Oxford d’ éducation purement académique. Elle a probablement de grands diplômes des Beaux Arts et Belles Lettres. Veuve depuis fort longtemps, elle loue les chambres de l’immense demeure sise dans le quartier résidentiel, aux étudiants des nombreuses universités de la grande capitale scolastique anglaise. L’absence d’un petit mari bricoleur et la contigüité
prolongée de la bohème estudiantine ont estompé à la presque inexistence la discipline
et le gout du ménage chez la fille d’une famille de la haute bougeoisie car son nom à charnière indique qu’elle est bien née. Sa mise vestimentaire aurait donné la nausée aux grands couturiers parisiens et ses lunettes sont constellées de gouttes de peinture que le plafond de la salle à manger a reçu il y a déja de nombreuses années. Le salon contient une bibliothèque dont les titres, à eux seuls, restent, pour moi, impénètrables et un grand piano par Steinway dont la valeur doit excéder celle de la masure. Dans le bureau, le moteur, en pièces, d’une Daimler à carrosserie landaulet de la fin des années vingt gît sur le tapis, persan bien entendu. Elle est suivie dans tous ses déplacements par deux chiens asthmatiques et probablement antiques comme le reste du mobilier et dont l’un est aveugle, sourd et édenté. Vous ne serez donc pas étonnés d’apprendre que cette femme érudite, distinguée et au caractère excentrique possède un +4 à quatre places ou plutôt ce qu’il en reste. L’ustensile, car malgré mon respect pour nos chers roadsters, le qualifiquatif de voiture ne peut plus être attribué, est très éssoufflé, à mi-chemin entre la primo-infection et la tuberculose.
Il serait difficile, voir peu civil, de refuser l’offre de madame Nimmo-Smith de nous ramener à la gare pour notre retour en France. Le fait que pendant les six pluvieuses semaines de notre séjour, le +4 soit resté sagement garé sur la pelouse du jardin ne nous incite guère à la confiance. Nous avons appris à nous méfier de la robinetterie, du poêle à charbon, de la cuisinière, l’ustensile et notre hôte, des chiens et de leurs puces et l’inauguration de l’engin à pétrole ne nous réjouit en aucune façon.
L’intérieur a cette odeur caractèristique du cuir.....pourri aux intempéries, la capote se présente sous la forme de tulle pour voile de mariée. Notre chauffeur nous explique avec pudeur que la bête est âgée, ce qui me parait un euphémisme flagrant de la part de cette littéraire accomplie, et que nous devrons donc la pousser sur la route avant de pouvoir passer à la procédure de démarrage. Ça augure mal pour la suite des évènements! Hormis les tambours de freins grippés et les pneus à plat rien ne s’oppose à cette manoeuvre qui nous amène au bord de la rupture d’anévrisme aortique et de la hernie hiatale.
Nous prenons place à bord de la princesse, je suis heureux de m’asseoir à l’arrière dans ce qui pourrait bien devenir sous peu un corbillard. L’eau de pluie moisie refoule immédiatement de la mousse des coussins pour être absorbée par les fonds de pantalon. Jacquie, à l’avant, s’appuie sur le dossier de siège, acte inconscient s’il en est, car celui-ci s’affaisse immédiatement à l’horizontale.
-” Les accéssoires ont déja déclaré forfait” pensais-je en pouffant.
Jacquie se retrouve la tête sur le plancher et les pieds sur le pare-brise lorsque Mme Nimmo-Smith l’avertie à contre-temps qu’il manque un boulon, là.
Après avoir tiré le starter, elle cherche à tâtons sous son siège, puis demande à Jacquie de bien vouloir sortir du véhicule. Elle déniche ainsi un fil de fer sur le plancher du passager et qui va, parait-il, au démarreur. Elle l’entoure autour de sa main et tire dessus violament. Seul le ronflement d’un démarreur, qui pédale dans le vide, se laisse entendre.
-” Ah! mon fils m’a expliqué qu’il manque quelques dents sur la couronne du volant-moteur.”
”Comme Médor !?” dit-je en pointant vers les chiens qui nous regardent depuis le pérron en gémissant; ont-ils une prémonition? Cette plaisanterie ne fait pas rire ce membre à vie de la société protectrice des animaux, elle me fusille du regard.
-” Vous allez descendre et pousser la voiture pendant que je la laisse en prise pour amener le volant à un endroit où il y a des dents”. Exècution.
Nous remontons et reprenons l’opération fil de fer. Jacquie regarde sa montre, inquiète quand à la course qu’il va falloir mener pour attraper le train. Le véhicule en est-il capable ? Miraculeusement, le moteur prend vie; pas dans un rugissement de lion, plutôt le réveil de l’ours engourdi au sortir de l’hibernation. Un cylindre tousse, puis deux......une pause.....le troisième entre subrepticement dans la danse (un slow pas un rock and roll) avec un hoquet tabagique, le quatrième décédé à 123,000 kilomètres d’une attaque d’avance à l’allumage, ne nous honorera que de quelques flatulences intermittentes. La mise en prise s’éffectue à la volée et provoque quelques douleurs orthodontiques chez les passagers, à partir de maintenant on serre les dents. Mrs Nimmo-Smith embraye, notre auto est atteinte de cette fameuse maladie des +4 à fort kilomètrage, la chemise de butée d’embrayage est rongée aux mites. L’auto broute térriblement, s’ébroue avec violence et finalement, dans un choc métallique entre le volant et le disque, sursaute vers l’avant. Quelques écrous, rondelles de caoutchouc roulent de part et d’autre de la voiture. Futur marin du commerce, je me rappelle les ècrits de R.L. Stevenson quand les rats quittent le navire.
Nous voici enfin en route, nous traversons les faubourgs à quinze kilomètres/heure. Nous faisons la course avec un bus à impèriale, c’est une course à handicap basée sur le nombre de cylindres en état de fonctionner, le bus est donc contraint de s’arrêter tous les cinq cents mètres pour nous donner une chance de le rattraper. Mrs Nimmo-Smith ralentit et ajuste sa vitesse à chaque feu rouge qui apparaît à l’horizon afin de ne pas avoir à freiner avant qu’il ne passe au vert. Nous gagnons la course avec le bus grâce à un passager du troisième âge que le contrôleur doit aider à gravir la marche. Nous arrivons enfin sur la grand place de la gare, le parking est pratiquement désert, ce qui va faciliter les manoeuvres. Mrs Nimmo-Smith met la boîte au point mort et coupe le contact; l’auto continue doucement sur sa lancée, notre chauffard, pardon, chauffeur pointe le badge de radiateur sur un des lampadaires. Jaquie se dresse dans son siège, ses cheveux font de même, je sais qu’elle a compris comme moi que le système de freinage est défaillant et qu’il va être supplanté dans quelques secondes par l’éclairage public. Pas d’erreur, le +4 vient mourrir sur le bec de gaz.
-” J’éconmise mes freins “ Nous dit-elle avec son superbe accent de la B.B.C.
Comment peut-on économiser ce qui n’existe pas reste encore un mystère aujourd’hui, il nous reste cinq minutes pour attraper notre train, nous n’avons pas le temps d’argumenter sur cette conception hautement métaphysique. Nous faisons nos adieux à cette délicieuse femme en dehors des conventions et la remercions chaleureusement
pour cette expèrience inoubliable. Je compte les bosses sur le pare-choc avant et en déduit qu’elle en est à son huitième voyage à la gare.

Pour la seule fois de ma vie je vais préfèrer le train à la voiture.©La Taupe.
La Taupe

Avatar de l’utilisateur
LOU01
Modérateur
Messages : 3344
Enregistré le : 23 mars 2010, 17:27
Le bolide : Morgan Série V 1965
Ma région : Au sud de Malvern.
Localisation : La Dombes, terre Ain'dienne, à l'Est de la capitale des Gaules.
Contact :

Re: Hommage à une Anglaise

Messagepar LOU01 » 08 avr. 2010, 11:43

Histoire incroyable et délicieuse...
Je n'ai toujours pas compris pourquoi, cette superbe +4 vous a rebuté.... :mrgreen:
LOU01

Avatar de l’utilisateur
gjm
Pilote une sport
Pilote une sport
Messages : 318
Enregistré le : 15 avr. 2010, 23:31
Ma région : Le Mans
Localisation : le mans
Contact :

Re: Hommage à une Anglaise

Messagepar gjm » 24 nov. 2010, 14:25

Superbe histoire brillamment rédigée...à quand un recueil, voire un livre de ces tranches de vie...je veux bien me proposer en illustrateur !! ;)
Merci.


Retourner vers « Les Histoires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité